21 février 2024 | Les Angles, Blanelec, entreprise d’électricité générale et d’installation de bornes électriques

Ecrit par Mireille Hurlin le 27 mars 2023

Les Angles, Blanelec, entreprise d’électricité générale et d’installation de bornes électriques

Blanelec est une entreprise d’électricité générale familiale installée depuis 40 ans aux Angles. Sa spécialité ? L’installation électrique des TPE (Très petites entreprises), commerces, pharmacies et cabinets médicaux. Son autre sphère d’intervention ? Les bornes rechargeables, alarmes et sécurité, la rénovation électrique, la domotique et la mise en conformité. Son secteur ? Le grand Sud de la France. Son chiffre d’affaires ? 1M€ réalisé par une dizaine de salariés.

L’entreprise travaille sur la rénovation et l’amélioration énergétique  -ils sont qualifiés Expert KNX (Standard international des normes technique pour l’habitation, automatisme, domotique et immotique, pour les grands bâtiments)- et, désormais, sur les bornes de recharges pour les véhicules électriques –Expert IRVE (Infrastructure de recharge de véhicule électrique)-. Nous rencontrons Jérôme Blanc, le gérant de l’entreprise, qui a succédé à son père, Patrick Blanc, artisan et fondateur de la société en 1981.

L’histoire de l’entreprise 
«Mon père, artisan électricien, a créé la société au départ avec sa mobylette et sa caisse à outils. Au fur et à mesure de son parcours, il a tissé des liens avec des partenaires, fidélisé sa clientèle, réalisé de nombreux chantiers ce qui a permis à l’entreprise de se développer grâce à une exécution du travail de constante qualité. Nous sommes passés en société en 1991 et nous sommes installés dans ces nouveaux locaux en 2013, 845, boulevard des carrières aux Angles-. Notre volonté ? Grandir, évoluer et proposer plus de services à une clientèle diversifiée et des installations électriques maintenues depuis plus de 42 ans.»

Travailler avec d’autres entreprises
«Incontestablement travailler avec des entreprises nous a permis d’atteindre une nouvelle dimension. Aujourd’hui ? Nous réalisons, grâce à nos 10 salariés –deux au back office et 8 sur le terrain-, 1M€ de chiffre d’affaires.»

Comment nous nous développons
«Notre développement s’oriente, actuellement, sur la création et l’entretien de bornes de recharges. Ça n’a pas réellement été un choix mais plutôt un ajustement à la croissance des ventes de véhicules électriques, car la demande de stations de recharge va crescendo. Amusant pour une entreprise qui fonctionne sans commerciaux, par le bouche à oreille et l’historique de son implantation sur le secteur, puisque mon père, Patrick Blanc a créé la société en 1981.»

Jérôme Blanc présentant une borne recharge électrique

Pourquoi et comment j’ai repris l’entreprise de mon père ?
«Moi ? Je suis entré dans la société en 2007. Avant ? J’étais mécanicien automobile, en entretien réparation. Ce qui me fait sourire ? Je rencontre des personnes qui étaient déjà dans mon cercle de connaissance lors de mon ancien métier. Ça n’est finalement pas étonnant puisque l’automobile a rejoint l’électricité. Comment et pourquoi j’ai repris l’entreprise de mon père ? Un jour il m’a demandé de le rejoindre parce qu’il ne trouvait pas de personnel, cependant sa demande n’incluait pas vraiment la reprise de l’entreprise, celle-ci s’est faite naturellement.»

Comment s’articule la reprise d’entreprise ?
«En fait, chaque dirigeant possède sa propre vision de l’entreprise, une approche clients différente aussi, parce que nous n’avons pas la même dynamique et ne sommes pas de la même génération. Effectivement, souvent, les clients sont dans les mêmes âges que le dirigeant. En cela nous avons su à la fois conserver, fidéliser et renouveler la clientèle.»

Acteurs de l’IRVE sur notre territoire
«Notre ADN ? Nous sommes des acteurs du territoire bien implantés, des professionnels expérimentés capables de mettre en œuvre le maillage de IRVE –Infrastructure de recharge de véhicule électrique- en Vaucluse et dans les départements limitrophes. Nous devons le développement de l’entreprise à notre adaptation aux nouvelles technologies et tendances et à une formation pointue et renouvelée auprès de nos fournisseurs. Parce que progresser dans son métier c’est pérenniser l’entreprise.»

Comme à chaque fois, nous avons suivi le courant
«Un exemple ? Ça a commencé en 2014, lorsqu’un de nos clients historiques nous a demandé d’installer une prise afin qu’il puisse recharger sa Tesla à domicile. En 2017 est intervenu le décret IRVE (Infrastructures de recharges pour véhicules électriques) qui donnait un cadre au déploiement des infrastructures de recharges, puis en 2019, l’engouement du public pour les véhicules électriques.» 

Quelles cibles pour développer les bornes de recharge ?
«C’est déjà en cours avec des intercommunalités. Comment les approchons-nous ? En faisant de la prospection et du réseau, qui sont les deux axes de nos interventions, précise Igor Rochette de la toute jeune entreprise Enrgética –créée en septembre 2022-, spécialisée dans l’installation de bornes de recharge électriques et de monétisation. Mes réseaux ? Cela fait plus de 20 ans que je les travaille sur le secteur. Je suis donc en lien avec nombre d’installateurs. L’installation de bornes se fait selon trois niveaux et par types de chargeurs que l’on retrouve dans les stations. Or, très peu d’installateurs sont formés aux trois niveaux de recharge. Le Niveau 1 comprend la pose d’une prise de courant murale ordinaire ; le niveau 2 l’installation d’une borne de 7kW et la prise rapide via une borne de 50kW. Blanelec dispose de tous les agréments pour poser les différentes bornes, ce qui n’est pas si fréquent.»

Autre système de borne de recharge

Des typologies de sociétés très différentes
«Les grands groupes disposent des contacts nécessaires pour intégrer les projets d’installation de bornes électriques, comme par exemple, les autoroutes, détaille Igor Rochette, cependant, lorsqu’il s’agit de projets plus locaux, les entreprises du cru sont plus recherchées, même par les groupes nationaux qui veulent s’assurer d’un entretien ou d’un dépannage rapide, efficace et soigné. Et puis, une bonne connaissance du terrain, pour faire l’installation, tient lieu de sésame.»

Enrgética
Ainsi, Jérôme Blanc, s’est associé à Igor Rochette, qui veille, via sa société Enrgetica- à l’installation, à la supervision et à la monétisation des bornes. «Si l’on peut s’acquitter du service à la borne via des ‘badges’ auparavant renseignés sur vos informations bancaires, la technologie tend vers le paiement à l’acte, précise Igor Rochette. Concrètement ? L’utilisateur flashe un QR code, ce qui libère la recharge, comptabilise l’énergie puis débite le compte bancaire de l’usager.»

La création d’Enrgetica répond à une problématique
«Notre problématique en tant qu’installateur était d’identifier un seul interlocuteur comme opérateur de recharge –qui installe et gère les stations de recharge- souligne Jérôme Blanc, afin que nos clients se sentent accompagnés par la même entreprise, avec la même pertinence et qualité relationnelle car, auparavant, avec d’autres installateurs, nous avions repéré comme un manque de flexibilité, de cohérence avec notre politique clientèle.»

L’union fait la force
«En revanche Enrgetica travaille avec d’autres installateurs que Blanelec, précise Igor Rochette. Nous ne pouvons pas rester isolés car ce serait ‘verrouiller’ la société, s’enfermer dans sa bulle sans pouvoir s’en extraire pour la développer. L’association d’entreprises est une forme d’intelligence commerciale collective propice à des projets de plus grande envergure. Mon travail ? Concevoir des projets pour lesquels je peux faire intervenir plusieurs installateurs. Je travaille ainsi avec Py energy, So’Elec… Notre rayon d’actions ? Le couloir Rhodanien. Autant les pannes physiques –installation de bornes- réclament d’être proche, autant sur la partie opérateur nous n’avons pas de limites car il s’agit de télé-opérations qui peuvent se faire depuis partout en France via Internet.»

Le territoire de Vaucluse
«Il est principalement maillé de bornes de recharges lentes, révèle Jérôme Blanc. La vision des élus ? Pouvoir se recharger un peu partout sur Avignon et les villes et villages du Grand Avignon. Après, il est question du temps de rotation des points de charge car si une voiture reste 4h minimum sur celui-ci, pendant que par exemple la personne travaille, alors cette borne reste peu disponible pour les autres utilisateurs. Sans doute ne disposons nous pas assez de bornes de charges rapides –à partir de 11 kWh accélérés- sur les parkings dits de transfert qui permettent les course et pauses repas. Le maillage des recharges rapides reste également à déployer, notamment sur des axes inter communautés, entre Avignon et Aix-en-Provence, même chose sur Avignon-Nîmes-Orange-Alès.» 

La notion Kilowatt/temps
«Le prix de l’électricité est libre, pose Jérôme Blanc. Certains distributeurs d’énergie privilégient de monétiser le temps de connexion quand d’autre optent pour la quantité d’énergie au kilowatt, d’autres, encore, choisissent de cumuler les deux. Ainsi, à quantité égale d’énergie, le coût d’achat de l’électricité est différent. Le prix d’un kilowatt rapide peut être décuplé –du simple au double- par rapport à un kilowatt lent. C’est là qu’intervient le bon choix de la borne. C’est comme choisir sa station-service selon le coût affiché,» détaille Jérôme Blanc qui, pour l’occasion, s’est associé à Igor Rochette, fondateur de la société Enrgética, dont des bornes de recharges ont été installées à Buld’air à Vedène ainsi qu’en Courtine à Avignon.

Des chefs d’entreprises et salariés conquis par les voitures électriques

En savoir plus
La France est le 2e pays européen où l’on achète le plus de véhicules 100 % électriques. Les prochaines échéances ? Dès 2022 obligation pour les flottes d’entreprise de passer à l’électrique. En 2030 obligation de verdir 50% de son parc  automobile; Dès 2030 avec la mise en place des ZFE (Zone à faibles émissions mobilité). En Vaucluse, les communes concernées sont : Avignon, Caumont-sur-Durance, Entraigues-sur-la-Sorgue, Jonquerettes, Le Pontet, Morières-lès-Avignon, Saint-Saturnin-lès-Avignon, Vedène, Velleron et Villeuneuve-lès-Avignon. Dans le Gard : Les Angles, Pujaut, Rochefort-du-Gard, Roquemaure, Sauveterre et Saze et dans les Bouches-du-Rhône : Barbentane, Châteaurenard, Noves et Rognonas. D’ici à 2030, 2 millions de véhicules électriques et hybrides rechargeables devraient être produits en France ; Dès 2035 possible fin des ventes de véhicules thermiques neufs.

Repères
Selon les statistiques d’immatriculations, en 2022 les ventes de voitures 100 % électriques ont atteint 203 121 unités, soit 13,3 % du marché. Avec les hybrides rechargeables, les ventes totalisent 329 670 unités, soit 21,6 % du marché, en progression de 8,5 % selon la Plateforme automobile (PFA). La vente de voitures électriques serait plus nombreuse dans les grandes agglomérations et les départements ruraux.

Les trajets en voiture domicile-travail
En 2017, 74% des actifs en emploi qui déclarent se déplacer pour rejoindre leur lieu de travail utilisent leur voiture, 16 % prennent les transports en commun et 8 % ont recours aux modes de transport doux (6 % à la marche et 2 % au vélo). Pour des distances inférieures à 5 kilomètres, la voiture représente encore 60 % des déplacements domicile-travail, même si sa part diminue au profit des modes doux. 

Coup de foudre pour la voiture électrique
«La moitié des salariés de l’entreprise roulent en électrique, confie Jérôme Blanc. La première chose ? Pour connaître une nouvelle technologie, il faut l’utiliser. Ce sont nos clients qui nous ont indiqué le chemin en acquérant des voitures électriques et en nous demandant d’installer des structures de recharges. C’était une nouvelle piste à explorer, cela rejoignait notre métier, l’électricité. Et puis rouler en véhicule électrique, c’est une toute autre expérience, sans bruit, sans vibration, c’est un confort absolu. La plupart des salariés et moi-même ne reviendrions pas en arrière.»

Et si on parlait de Ze provençaux ?
«ZE Provençaux (Zéro émission) fait partie du mouvement ‘FFauve’ -Fédération française des utilisateurs de véhicules électriques- organise un rallye en Mai, ici en Vaucluse. On se rassemblera pour parler des véhicules électriques, partager passion, expériences et astuces pour voyager malin.»

Le rallye du Vaucluse electric tour
Le Vaucluse electric tour 2023 aura lieu lors du pont de l’Ascension vendredi 19 et samedi 20 mai. Inscription ici. Il réunira une cinquantaine de véhicules 100% électriques. Vendredi 19 mai départ dès 9h, sur le grand parking de Villeneuve-lès-Avignon, le long de l’avenue Charles-de-Gaulle, que les voitures quitteront vers 11h15 pour gagner Cavaillon, sur la colline Saint-Jacques, puis le Château à Lacoste, puis Venasque via Roussillon, Gordes et l’abbaye de Sénanque pour revenir au Pontet. Samedi 20 mai, rendez-vous vers 9h30 sur un grand parking équipé de bornes Sev 84 pour rejoindre Sault par les Gorges de la Nesque, puis direction le Mont-Ventoux avec descente côté Malaucène où se clôturera le Vaucluse electric tour 2023. Toutes les infos ici.

Les infos pratiques
Blanelec. 04 90 25 56 02 et 06 20 70 87 81. secretariat@blanelec.fr

https://www.echodumardi.com/dossier/les-angles-blanelec-entreprise-delectricite-generale-et-dinstallation-de-bornes-electriques/   1/1