21 février 2024 |

Ecrit par le 21 février 2024

Les entreprises européennes les mieux valorisées

En septembre dernier, l’entreprise pharmaceutique danoise Novo Nordisk a détrôné LVMH en tant que société cotée en bourse la mieux valorisée d’Europe, mettant fin au règne du groupe de luxe français qui durait depuis plus de deux ans. Alors que le cours de l’action LVMH a pâti ces derniers mois des inquiétudes liées aux perspectives économiques en Chine (la clientèle chinoise représentant près du tiers des achats mondiaux de luxe), Novo Nordisk surfe quant à lui sur une vague de demande pour ses médicaments contre le diabète et le surpoids, Ozempic et Wegovy, qui a propulsé ses bénéfices et ses actions à des niveaux record.

Depuis que le laboratoire danois a annoncé en août 2023 qu’une vaste étude avait démontré que le Wegovy présentait également des avantages cardiovasculaires (en plus de son efficacité pour la perte de poids), le prix de ses actions a plus que doublé. Lundi 29 janvier 2024, la capitalisation boursière de Novo Nordisk s’élevait ainsi à 481,6 milliards de dollars, contre 420,4 milliards de dollars pour LVMH. Le top 5 des entreprises les mieux valorisées de l’UE est complété par le fleuron européen des puces électroniques, le néerlandais ASML, avec près de 350 milliards de dollars de capitalisation boursière à la même date, suivi du groupe français de cosmétiques L’Oréal (près de 259 milliards de dollars) et l’entreprise de conseil Accenture (près de 233 milliards).

De Tristan Gaudiaut pour Statista


Les entreprises européennes les mieux valorisées

Comme chaque année, la soirée des entreprises de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) du Pays d’Arles est organisée le dernier lundi du mois de janvier. Ainsi, ce lundi 29 janvier sera l’occasion pour les chefs d’entreprise du territoire de se réunir et pour la CCI de présenter ses vœux pour cette nouvelle année.

Chaque année, ce sont 600 structures du Pays d’Arles qui se rassemblent au Palais des congrès d’Arles pour cette soirée des entreprises, animée par la journaliste Elsa Charbit, durant laquelle est organisée une grande conférence. Pour cette 7ᵉ grande conférence, la CCI du Pays d’Arles a souhaité évoquer les thématiques de l’inflation, de l’économie nationale, mais aussi de l’ampleur que prend l’intelligence artificielle.

Deux intervenants mèneront cette conférence. Eric Heyer, docteur en sciences économique et directeur du département Analyse et Prévision de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), apportera son éclairage sur l’actualité économique, présentera ses prévisions et perspectives sur l’économie française. Marjolaine Grondin, entrepreneure et cofondatrice du média Jam, quant à elle, abordera l’intelligence artificielle d’un point de vue sociétal, économique et philosophique.

Inscription obligatoire via le formulaire en ligne.
Lundi 29 janvier. De 18h à 23h. Palais des Congrès. 22 Avenue de la Première Division France Libre. Arles.

V.A.


Les entreprises européennes les mieux valorisées

Ce que les anciens ont tour à tour appelé le Marché-gare dans les années 60, puis le Marché en gros, puis le Marché d’Intérêt National est devenu ECOMIN à l’automne dernier. Nouveau logo pour une nouvelle aventure, fêté entre food trucks et guinguette à l’angle de la Rocade Charles de Gaulle et du boulevard Pierre Sémard.

« Ce cœur de vie », comme l’a baptisé la Maire d’Avignon, venue présenter ses vœux aux 1230 salariés du site, « a été relooké, en accord avec ceux qui y travaillent, pour être plus convivial, plus moderne et accueillir des ateliers. Des espaces de travail et de réunions ont aussi été réaménagés. Cette volonté de modernisation est à la fois économique et écologique. ECOMIN répond à un marché croissant de produits locaux de qualité en circuits courts », a insisté Cécile Helle. « Cette zone d’activité a une dimension sociale pour que les 120 entreprises qui y sont installées y prospèrent et pour que leur personnel y vive agréablement. »

Mais la volonté de la municipalité est qu’ECOMIN, en accord avec le conseil d’administration, soit un poumon vert avec à la clé, nombre d’initiatives écologiques sur ces 25,5 hectares en pleine ville, entre bitume, béton, hangars, quais, entrepôts, bureaux, traiteurs, crèches, transporteurs et restaurateurs. « D’ailleurs la Région Sud nous a accordé 1M€ pour cette adaptation dans le cadre du projet ‘Nos territoires d’abord’« , a conclu Cécile Helle. Sans oublier les 900 000€ de subventions du Grand Avignon.

Projet partagé sur le carreau par les grossistes, producteurs, expéditeurs, détaillants et négociants et que précise Laëtitia Vinuesa, la directrice du site. « La transition énergétique est un axe majeur d’évolution d’ECOMIN, déjà entamé et que nous allons renforcer en 2024. Avec un plan de densification du réseau de bornes de recharge électrique pour les véhicules, une végétalisation du site avec nombre d’arbres et de haies plantés entre les allées et voies de circulation, une installation de panneaux photovoltaïques sur les 100 000 m² de toitures des hangars et sur les 10 000 m² de bureaux. Sans oublier la mutualisation du traitement et du recyclage des déchets. »

Dès cet été, quand le thermomètre affichera plus de 30°c à l’ombre, on devrait donc voir cet îlot de chaleur tendre vers une température plus douce pour les centaines de salariés des entreprises de l’ECOMIN d’Avignon.

Avec leurs remorques, les six vélos de la société livrent plis, colis et marchandises sans pollution ni nuisance sonore. « C’est efficace pour le fameux dernier kilomètre », explique le patron Raphaël Trouiller, qui a bénéficié d’une aide du Réseau Entreprendre Rhône-Durance de 20 000€ et d’une autre de la BPI d’une somme équivalente. Ce qui lui permet d’avoir 4 employés, plus quelques CDD l’été. « Je peux charger 50 kilos à la fois, et mes coursiers parcourent environ 1000 km par mois. »

Son chiffre d’affaires a plus que doublé entre 2021 (60 000€) et 2023 (130 000€), il espère passer à 200 000€ cette année. Mais pour que sa société se développe, se maintienne à flots et soit rentable, il est entré dans l’association ‘Boîtes à vélo‘ qui milite pour « l’essor, la pérennisation de l’entrepreneuriat à vélo en France. » C’est-à-dire, pour que l’utilisation du vélo comme moyen alternatif aux véhicules motorisés en milieu urbain et rural se généralise. « Une mobilité douce », comme dirait Cécile Helle, respectueuse du vivant, d’un environnement respirable, d’une circulation apaisée, d’un encombrement réduit, d’une pratique physique et d’un lien social renforcé. Que demander de plus ?

La Roue Tourne . 135 Avenue Pierre Sémard. ECOMIN – Bâtiment 4. Avignon. 09 51 28 95 12. contact@la-roue-tourne.com


Les entreprises européennes les mieux valorisées

La chute des régimes communistes en Europe, démarrée avec l’ouverture du rideau de fer et la chute du mur de Berlin en 1989 et aboutissant à la dissolution de l’Union soviétique (URSS) en décembre 1991, a eu un impact considérable sur les frontières orientales du continent. Alors que plusieurs États s’émancipaient et prenaient leur indépendance, elles furent désormais ouvertes tant aux personnes (délivrance libre de passeports) qu’aux marchandises. L’entrée soudaine dans l’économie de marché changea tout aussi brutalement la société soviétique.

Comme le montre l’infographie ci-dessous, qui donne un aperçu de l’évolution du PIB par habitant d’une sélection de pays d’Europe de l’Est au cours des trente dernières années, ces États qui appartenaient autrefois au bloc de l’Est (ou faisaient partie de l’URSS) ont connu des trajectoires économiques assez variées depuis le début des années 1990.

On constate que ce sont les pays de l’Est ayant rejoint l’Union européenne entre 2004 et 2007 qui affichent la croissance du PIB par habitant la plus élevée sur la période étudiée. Entre 1995 et 2021, le PIB par habitant est par exemple passé de 2 500 à 24 000 dollars courants dans les États baltes (moyenne des trois pays), de 6 000 à 27 000 dollars courants en Tchéquie, de 5 000 à 22 000 dollars courants en Slovaquie, de 3 500 à 18 000 dollars courants en Pologne, et de de 1 500 à 15 000 dollars courants en Roumanie.

Bien que le PIB en valeur absolue de la Russie soit l’un des plus importants au monde (8ème), son PIB par habitant restait nettement inférieur à celui des pays cités plus haut en 2021, soit 12 500 dollars courants. Les deux voisins à la frontière occidentale du géant russe, la Biélorussie et l’Ukraine, affichent de leur côté les progressions de cet indicateur les plus faibles des pays étudiés, avec un PIB par habitant qui ne s’élevait respectivement qu’à 7 500 et 5 000 dollars courants en 2021.

De Tristan Gaudiaut pour Statista


Les entreprises européennes les mieux valorisées

Bien qu’ayant été l’un des plus touchés par la crise sanitaire, le secteur du tourisme semble être en voie de rétablissement en 2023. D’après les derniers chiffres de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), les arrivées internationales ont atteint 80 % de leur niveau pré-pandémie au premier trimestre 2023 (par rapport au premier trimestre 2019). De plus, l’OMT estime à 235 millions le nombre de touristes internationaux au cours des trois premiers mois de 2023, soit plus du double que le chiffre mesuré sur la même période l’année précédente.

Comme le montre notre infographie, la France conserve son rang de première destination touristique mondiale, arrivant en tête des pays comptant le plus grand nombre de touristes internationaux en 2022, avec plus de 79 millions de visiteurs, soit près du double du nombre d’arrivées comptabilisées en 2020 (41,7 millions). Un niveau qui se rapproche également de celui de 2019, où 90,9 millions de voyageurs internationaux avaient visité l’Hexagone. L’Espagne (71,7 millions de visiteurs) et les États-Unis (50,9 millions de visiteurs) complétaient le podium des pays préférés des touristes étrangers en 2022, devant la Turquie et l’Italie.

Combien pèse le secteur du tourisme dans l’économie ?

Le secteur du tourisme poursuit sa reprise et est en bonne voie pour retrouver ses niveaux d’activité pré-pandémiques. Selon le dernier baromètre de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), les destinations du monde entier ont enregistré quelque 235 millions d’arrivées internationales au premier trimestre 2023, ce qui représente environ 80 % du niveau mesuré à la même période en 2019, juste avant l’impact de la crise sanitaire.

Ces perspectives sont de bon augure pour les économies qui dépendent très fortement du tourisme. Dans les îles tributaires de cette activité, comme les Seychelles et les Maldives, l’industrie du voyage et du tourisme génère par exemple entre 25 % et 33 % du PIB, si l’on se base sur les données d’avant la pandémie (2019). Mais ce secteur représente aussi un moteur important dans des économies plus diversifiées. C’est le cas par exemple de la Thaïlande, où la part du tourisme dans le PIB s’élève à 20 %, mais aussi de certains pays européens, tels l’Italie et l’Espagne (13 % à 14 %). En France et aux États-Unis, deux des trois destinations les plus visitées au monde avec l’Espagne, le secteur touristique contribue à hauteur de près de 9 % au produit intérieur brut.

De Valentine Fourreau et Tristan Gaudiaut pour Statista


Les entreprises européennes les mieux valorisées

En juin, l’inflation dans la zone euro est retombée à 5,5% sur un an. Il s’agit du taux le plus bas mesuré depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine en février 2022 et l’aggravation de la crise des prix de l’énergie qui en a résulté. Ce sont les produits alimentaires, y compris l’alcool et le tabac, ainsi que les services qui ont le plus contribué à l’inflation en juin. Comme le montre notre graphique basé sur les données d’Eurostat, cet indicateur macroéconomique n’a pas évolué de la même manière dans tous les pays de l’Union européenne.

Par exemple, si la Belgique et l’Italie ont dû faire face à une inflation dépassant les 12% à l’automne 2022, la première économie citée s’est nettement mieux rétablie, puisqu’elle est parvenue à faire baisser ce taux sous le seuil des 2% en juin. En revanche, l’Italie présentait toujours un taux d’inflation supérieur à la moyenne européenne à la fin du premier semestre (6,7%). En France, après un pic à 7,1% atteint à l’automne 2022, l’inflation est redescendue à 5,3% en juin — mais restait supérieure au niveau d’avant-guerre en Ukraine (4,2% en février 2022).

L’un des moyens de lutte contre l’inflation est le relèvement des taux directeurs par les banques centrales. Ainsi, la Banque centrale européenne (BCE), la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque d’Angleterre ont procédé à une série de hausses ces derniers mois. La BCE a fixé son taux directeur à 4,25% le 27 juillet, tandis que le principal taux de la Fed se situe désormais dans la fourchette de 5,25 à 5,5%.

De Tristan Gaudiaut pour Statista


Les entreprises européennes les mieux valorisées

Le leader mondial du luxe LVMH, dirigé par l’une des personnes les plus riches du monde, Bernard Arnault, a réalisé un chiffre d’affaires record d’environ 79 milliards d’euros en 2022, soit une augmentation de 23 % par rapport à l’année précédente. Selon le rapport annuel du groupe, le bénéfice a également grimpé d’environ 4 milliards pour atteindre 21 milliards d’euros. LVMH possède plusieurs grandes marques connues de produits de luxe telles que Louis Vuitton, Christian Dior ou Givenchy.

En outre, les données de l’entreprise montrent que ce sont surtout les articles de mode et de maroquinerie qui ont contribué à la hausse de ses revenus. Avec ses marques de mode, LVMH a réalisé l’année dernière un total de 38,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Le secteur de la vente au détail suit à une certaine distance avec 14,9 milliards d’euros. Parmi les autres segments d’activité, on trouve les montres et les bijoux, avec des marques comme Hublot et Tiffany, les parfums et les cosmétiques ainsi que les vins et les spiritueux. Concernant ce dernier, LVMH est surtout connu pour son champagne et son cognac. En 2022, l’entreprise française a vendu environ 70,9 millions de bouteilles de champagne et 94,3 millions de bouteilles de cognac – les principaux clients étant les États-Unis.

De Claire Villiers pour Statista


Les entreprises européennes les mieux valorisées

La chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Vaucluse vient de dévoiler ses prochains rendez-vous du mois de novembre.

« Story Business » Google Site, un outil pour créer son site internet gratuitement (présentiel).
Lundi 7 novembre de 13h30 à 16h30.
Tarif : 45€ – inscription sur www.vaucluse.cci.fr

Création d’entreprise : l’assurance pour protéger l’entreprise.
Jeudi 10 novembre de 9h30 à 12h.
Une réunion d’information organisée dans le cadre des matinales de la création en partenariat avec la fondation entrepreneurs de la cité. Cette réunion s’adresse aux créateurs, repreneurs d’entreprises et aux dirigeants d’entreprises de moins de 3 ans de tous secteurs d’activité.
Objectif : informer et sensibiliser les porteurs de projets et les jeunes chefs d’entreprise aux risques qu’ils peuvent rencontrer et leurs conséquences sur la pérennité de l’entreprise.
Inscription gratuite et obligatoire sur www.vaucluse.cci.fr

Pilotage PME – Temps de crise.
Mardi 15 novembre de 8h30 à 11h.
Avec l’intervention de Mme De Vos, présidente de la société Eficiale.

Les Trophées des Transitions et de la RSE Vaucluse.
Jeudi 17 novembre à 19h – Novotel Avignon Nord.
Table ronde sur le thème : « La RSE est-elle une réponse efficace face aux crises économiques et énergétiques ? »

« Story Business » – Les Réels Instagram (visio)
Lundi 21 novembre de 13h30 à 14h30.
Ces réunions, sous forme d’ateliers, sont organisées par la CCI de Vaucluse et s’adressent aux entreprises de tous secteurs d’activité.

La semaine de l’Industrie du 21 au 24 novembre.
Afin de mettre en lumière ce secteur d’activité, des temps ports seront organisés toute la semaine. A l’occasion de cet évènement national, auront lieu conférences, speed dating, etc.

Horizon Commerce, la rencontre des associations de commerçants des territoires.
Lundi 28 novembre de 8h30 à 14h.
Conférence sur les enjeux du commerce.

« Story Business » Canva, créer des visuels pour Noël (présentiel).
Lundi 28 novembre de 13h30 à 16h30.
Tarif : 45€.

Programme complet à retrouver sur www.vaucluse.cci.fr.

JR.


Les entreprises européennes les mieux valorisées

La 6ᵉ édition de l’événement Parlons Ca$h, organisée par l’association d’entrepreneurs Luberon & Sorgues Entreprendre, a eu lieu le 22 septembre chez Naturalys à l’Isle-sur-la-Sorgue de 18h30 à 22h30.

C’est au milieu de plantes et de racks de stockage, dans les locaux de Naturalys, fabricant de terrariums, de tableaux et de compositions en fleurs stabilisées et séchées, que se sont réunis près de 200 chefs d’entreprises et entrepreneurs locaux jeudi dernier pour la soirée Parlons Ca$h. Ce rassemblement, qui a pour objectif d’aborder des sujets sérieux avec pédagogie et décontraction, en valorisant bienveillance, esprit positif et partage, leur a permis de bénéficier d’informations essentielles pour leur activité. Cette édition avait pour thème ‘Et si la croissance, c’était produire moins ?’

Dans un premier temps, ils ont pu écouter les témoignages de trois entreprises qui ont repensé leur modèle économique pour consommer moins de ressources matérielles, mettre en valeur les savoir-faire de leurs équipes et apporter un service optimal à leurs clients : Isovation (fabricant d’emballage isotherme écologique), Flex’Ink (imprimerie collaborative 100% utile), et Bijouseat (tapissière et créatrice). En deuxième partie de soirée, les acteurs économiques vauclusiens ont pu assister à une conférence de Christian Du Tertre, directeur scientifique d’Atemis, économiste et professeur des universités, au sujet de l’économie de la fonctionnalité et de la coopération.

Ainsi, cet événement a permis aux entrepreneurs présents d’échanger, de s’inspirer, mais aussi d’engager une réflexion et de faire un point sur leur efficience, le tout, dans une ambiance conviviale et chaleureuse.

©TODD Développement Digital

V.A.

https://www.echodumardi.com/tag/economie-2/   1/1