13 juin 2024 |

Ecrit par le 13 juin 2024

‘Faire ingénierie’ investit dans la performance industrielle durable en Vaucluse

Faire ingénierie‘, spécialisée dans le conseil et les études techniques orientés vers la performance industrielle durable, investit en Vaucluse. Créée en Occitanie en août 2020, la start-up traverse le Rhône pour s’implanter dans le département afin d’y développer son activité grâce aux infrastructures logistiques et au tissu industriel du département.

De Bagnols-sur-Cèze à Sorgues

« Pour des raison de praticité et de réseau, nous souhaitions nous rapprocher du Vaucluse, le changement du siège social sera effectif à compter du mois de juillet », explique Sébastien Gavelle, président de ‘Faire ingénierie’ et cadre technique dans l’industrie. La société a vu le jour à Bagnols-sur-Cèze et outre la volonté de se rapprocher de ses clients actuels (Suez Rv, Iter.. ), ‘Faire ingénierie’ cible également de nouveaux marchés locaux, notamment dans les secteurs de l’agroalimentaire et des cosmétiques. L’entreprise, installée à Sorgues depuis le début de l’année, poursuit son déploiement, avec l’extension de ses bureaux au Saphir (90 m2) effective au 1er juillet.

« Notre objectif est d’apporter une performance industrielle durable, aider les industries locales à améliorer leur productivité et optimiser leurs process tout en réduisant leur impact environnemental. Il s’agit concrètement de diminuer les émissions de gaz à effet de serre en proposant des solutions fiables et pérennes », explique le chef d’entreprise.

Des ingénieurs dédiés à l’ensemble du projet

« Nos convictions écologiques nous ont conforté sur le fait que, malgré la situation économique instable, nous devions nous lancer et aider les entreprises à initier la transition industrielle post-covid. » De jeunes ingénieurs avec une moyenne d’âge de 35 ans constituent principalement une équipe mixte de 10 personnes. La société prévoit par ailleurs le recrutement d’une vingtaine de nouveaux collaborateurs d’ici 3 ans. « Nous pouvons accompagner nos clients sur l’ensemble des projets en ingénierie, du conseil à l’étude en passant par la conception et le pilotage », explique Mathieu Molina, responsable des affaires commerciales.

Collaboration avec Suez

La société travaille actuellement pour Suez qui exploite, pour le compte du Sidomra, l’unité de valorisation énergétique des déchets à Vedène sur un projet d’amélioration de la gestion des eux de process. Le site est engagé dans une démarche de zéro rejet d’effluent liquide et de réduction de sa consommation d’eau. La convergence de ces deux sujets étant l’optimisation du recyclage des eaux de process.

« Nous les aidons à optimiser l’utilisation de leur eau de process, de façon à ce qu’ils les réutilisent au lieu de les rejeter. » ‘Faire ingenierie’ travaille également pour la société de tuyauterie industrielle Moscatelli, afin de rendre leurs équipements plus performants et vertueux pour l’environnement. La jeune structure, qui développe encore son réseau dans le Vaucluse, est à l’écoute de toutes les opportunités et est disposer à collaborer avec les acteurs phares du territoire, tel qu’Aroma Zone. « Nous rencontrons prochainement Sicaf cosmétiques à Carpentras et nous sommes en pourparlers avec Agapé Group à Sablet. »

4 axes de travail

L’activité de la société repose sur 4 axes distincts. Le premier consiste à intervenir dans la chimie et le mélange afin de réduire les rejets dans l’atmosphère et l’eau et ainsi améliorer le rendement. Axe numéro 2 : l’économie d’énergie. L’objectif est de travailler sur le système de production de façon à le rendre moins gourmand. « Nous aidons nos clients à établir une cartographie de leur consommation dans le but de l’optimiser ». Le troisième axe consiste à travailler sur l’outils de production en tant que tel, afin d’améliorer la fiabilité et le rendement des équipements. Dernier axe et non des moindres : accompagner les acteurs industriels dans leur transition digitale. « Nous installons par exemple des capteurs communicants. Ces derniers vont envoyer leurs informations à un système et l’analyse de ces données permettra une optimisation de l’utilisation de la machine. » Exemple concret : le capteur installé sur un moteur qui permet de connaitre la consommation instantanée et intervenir rapidement en cas de dysfonctionnement par le biais d’une alerte.

20 ans d’expérience

Pour réaliser à bien ses projets, la société peut s’appuyer sur la longévité et l’expertise aiguë de son président, ingénieur généraliste de formation. Fort de ces 20 années d’expérience dans le secteur industriel, dont 10 en tant que directeur maintenance et technique à Tetra Pak à Dijon, Sébastien Gavelle a par ailleurs exercé un temps à l’international. Après avoir occupé le poste de responsable de maintenance dans une fonderie en Mexique (FWF de Mexico), il devient chef de projet chez Eurenco, en charge de la modernisation du site du Sorgues. Un long curriculum vitæ que le président entend bien mettre à profit des entités industrielles vauclusiennes : « nous souhaitons nous inscrire comme acteur de l’ingénierie de développement durable en Vaucluse. » En savoir plus www.faireingenierie.fr.

https://www.echodumardi.com/tag/faire-ingenierie/   1/1