28 mai 2024 |

Ecrit par le 28 mai 2024

Un hélicoptère militaire allemand Tigre se crash à Viens

Ce mercredi 8 novembre, un hélicoptère militaire allemand s’est crashé sur la commune de Viens à proximité du croisement de la RD 33 et la RD 155 aux alentours de 15h15. L’appareil, un modèle Tigre, participé à un exercice mené avec la base école du 2e Régiment d’hélicoptère de combat (RHC) du Luc dans le Var.
Selon les premières constations des enquêteurs, l’aéronef aurait percuté une ligne à très haute tension passant sur le territoire de la petite commune vauclusienne située à la frontière avec les Alpes-de-Haute-Provence.
Au final, plus de peur que de mal puisqu’aucune victime n’est à déplorer. Les deux pilotes, seuls personnels à bord, ne sont pas blessés.

Les opérations de secours ont mobilisé près d’une trentaine de gendarmes et de pompiers. © Préfecture de Vaucluse

A la suite de l’accident la RD 155 a été coupée. Par ailleurs, les câbles de la ligne ayant été sectionné, plus d’une vingtaine de foyers ont été privés d’électricité.
« Les services d’Enedis et de RTE sont mobilisés pour rétablir le service », explique la préfecture de Vaucluse qui précise également que les opérations de secours ont mobilisé 10 gendarmes, 17 secouristes du SDIS de Vaucluse avec leurs 5 engins ainsi qu’une dizaine de militaires français et allemands.
Une enquête est ouverte pour préciser les causes de cet accident.

Déjà un Rafale en 2021 et un Mirage en 2014
Dans ce secteur, un avion de chasse Rafale B avait vécu la même mésaventure à quelques kilomètres de Viens en février 2021. Le jet avait sectionné 3 câbles d’une ligne à moyenne tension lors de son passage durant un vol d’entrainement à très basse altitude (entre 80 et 150 mètres du sol) dans les environs du village du Castellet, dans les Alpes-de-Haute-Provence.
Endommagé lors de l’incident, l’appareil de la 4e Escadre de chasse de Saint-Dizier, qui volait en patrouille avec un autre Rafale, avait été alors contraint de se poser en urgence, une dizaine de minutes plus tard, sur la Base aérienne (BA) 115 d’Orange-Caritat.
Par ailleurs, il y a près de 10 ans un Mirage 2000 B s’était écrasé dans les collines de Viens en août 2014. L’appareil biplace avait décollé de la base aérienne d’Orange pour un vol d’entrainement avant de connaître un problème technique. Les deux pilotes, sains et saufs, avaient pu s’éjecter avant le crash.


Un hélicoptère militaire allemand Tigre se crash à Viens

Cet aéronef du futur a été conçu par Yves Pearcy, électronicien depuis 40 ans, pilote hélico qui a vécu en Belgique avant de s’installer à Caromb en 2002. Longtemps distributeur d’hélicoptères de loisirs pour particuliers avec sa 1ʳᵉ société, Héli Diffusion, il y a 8 ans. Il a également créé Electric Aircraft Concept et avec sa petite équipe d’ingénieurs, dessinateurs-projeteurs et développeurs en électronique, implantée sur la Route du Barroux à Caromb, il a conçu Whisper — qui signifie « murmure » en anglais — un biplace silencieux qui décolle grâce à huit rotors mus par batteries électriques.

« Nous travaillons sur ce prototype depuis 2015, explique-t-il. Pour le moment, il a une autonomie de vol d’une demi-heure, mais grâce aux batteries à électrolyse solide, on va la doubler d’ici la fin de l’année. » Yves Pearcy a investi 550 000€ dans cet engin du futur, il a aussi reçu un coup de pouce du Réseau Entreprendre Rhône-Durance et de BPIfrance. Une levée de fonds est en cours avec des prises de participation au capital pour conforter la trésorerie de la société et développer le projet avec des créations d’emplois à la clé.

Whisper est toujours en cours de développement et s’enrichit d’améliorations techniques pour être éligible auprès de la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile), qui a pour mission de garantir la sécurité du transport aérien. « Normalement, nous devrions avoir son feu vert pour commercialiser d’ici un an, précise le PDG d’Electric Aircraft Concept. Voler à bord de ce prototype procure un grand plaisir, de magnifiques sensations, sans les décibels des rotors ni l’odeur de carburant. Il est d’une totale simplicité de pilotage, d’un très faible coût d’entretien. C’est un aéronef de loisirs qui sera vendu autour de 230 000€ HT aux particuliers. Mais nous avons également, une version drone de lutte contre le feu, puisqu’il peut larguer 200 litres d’eau ou de mousse et un projet à court terme concernant un drone d’une capacité d’emport de 500kg. Nous venons d’ailleurs de rejoindre un important consortium Européen en charge de présenter différentes innovations en rapport avec la lutte contre les feux de forêts. » L’entreprise pourrait collaborer avec le SDIS 13 dans le futur.

©Whisper

Un hélicoptère militaire allemand Tigre se crash à Viens

Il y a quelques jours, des poteaux bétons ont été héliportés par un hélicoptère ‘Super puma’ au-dessus des communes de Vaison-la-Romaine, Mallemort-du-Comtat et Mornas. Ces manœuvres plutôt impressionnantes ont été réalisées par SAF dans le cadre d’une opération de modernisation des réseaux gérés par la société Enedis afin d’améliorer la qualité de l’alimentation électrique à Vaison-la-Romaine, dont le coût des travaux s’élève à 150 000€.

Les techniques héliportées sont requises lorsque les zones de déposes sont difficiles d’accès ou qu’elles présentent des contraintes spécifiques telles que la présence de cultures, ou encore des milieux humides ou protégés). Ce transport permet également de déplacer des charges extrêmement lourdes en un temps restreint. Pour cette opération, le ‘Super puma’ a pu transporter une vingtaine de poteaux pesant entre 2 et 3 tonnes chacun.

DR

V.A.

https://www.echodumardi.com/tag/helicoptere/   1/1