20 mai 2024 |

Ecrit par le 20 mai 2024

Les jeunes de Paca sont parmi les plus dépensiers de France

Le Teenage Lab de Pixpay, la carte de paiement des ados copilotée par les parents, vient de dévoiler l’édition 2024 de son baromètre ‘Les habitudes de consommation des ados’. On y découvre que les adolescents de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur sont les deuxièmes plus dépensiers après les Corses, avec 110€ dépensés mensuellement en 2023, la plus grande part étant dédiée aux fast food avec 16,21% des transactions.

Dans la région voisine, en Occitanie, les dépenses mensuelles sont évaluées à 101€. Au niveau national, malgré l’inflation, les jeunes n’ont jamais autant déboursé puisqu’ils dépensent près de 97€ par mois, c’est 20% de plus que l’année précédente (80,4 €), et c’est plus qu’en Italie et en Espagne où le montant est compris entre 51 et 57€ par mois. C’est à McDonald’s que les adolescents dépensent le plus, suivi d’Apple et de la SNCF.

©Pixpay

V.A.


Les jeunes de Paca sont parmi les plus dépensiers de France

D’après le plus récent baromètre EuroTrack d’OpinionWay-Vae Solis pour Les Echos, le pouvoir d’achat et la hausse des prix sont actuellement les deux préoccupations principales des électeurs à l’approche des élections européennes. L’année 2023 a en effet été marquée par une forte inflation qui a durement affecté les prix à la consommation, et notamment les prix de l’alimentation.

Depuis février 2022, le magazine 60 Millions de Consommateurs publie également un baromètre mensuel de l’évolution des prix de l’alimentation, basé sur un panier de produits de première nécessité, qui comprend par exemple des pâtes, de l’huile d’olive, des œufs ou encore du beurre. Comme le montre notre infographie, basée sur ces données, le prix des sucres et édulcorants a connu la plus forte augmentation entre décembre 2022 et 2023, atteignant 15,7 % sur l’année. Les jus de fruits arrivent en deuxième position, avec une augmentation de 11,2 % sur l’année, suivis des légumes en conserve (9,6 %). Si l’évolution sur un an du prix du panier de produits de 60 millions de consommateurs est importante (+7,67 % entre décembre 2022 et 2023), celle-ci est loin d’être aussi impressionnante que l’évolution sur deux ans : entre décembre 2021 et décembre 2023, ces produits ont ainsi vu leurs prix augmenter de 22,5 %.

De Valentine Fourreau pour Statista


Les jeunes de Paca sont parmi les plus dépensiers de France

Il n’y a jamais autant eu de Français payés au Smic depuis plusieurs décennies. Au 1er janvier 2023, 17,3 % des salariés français touchaient le salaire minimum, soit 3,1 millions de personnes, selon les données d’un groupe d’experts sur le Smic publiées dans Libération. La majorité des smicards sont des femmes (58 %), alors qu’elles forment moins de la moitié de la population active. Les secteurs les plus représentés sont l’hébergement et la restauration.

Comme le détaille notre graphique, la part de salariés payés au salaire minimum a fortement augmenté ces trois dernières années, passant de 12,0 % en 2021 à 14,5 % en 2022, puis à 17,3 % cette année. C’est désormais un point de pourcentage de plus que la valeur la plus élevée enregistrée depuis 1991 (16,3 % en 2005).

Les revalorisations successives du Smic face à l’inflation, six depuis l’année 2021, expliquent en grande partie l’explosion récente du nombre de salariés au salaire minimum. De janvier 2021 à mai 2023, le Smic horaire brut est passé de 10,25 euros à 11,52 euros, soit une hausse d’environ 12 %. Les personnes qui touchaient un peu plus que le salaire minimum, si elles n’ont pas été augmentées par leur employeur depuis, ont ainsi vu leur salaire rattrapé par le Smic. Au 1er janvier 2024, la revalorisation automatique du Smic en France devrait être de l’ordre de 1,7 %.

De Tristan Gaudiaut pour Statista


Les jeunes de Paca sont parmi les plus dépensiers de France

Selon la dernière étude Too Good To Go & Yougov, les Français s’organisent mieux et planifient plus pour moins gaspiller et faire face à l’inflation. Une véritable illustration d’un changement de consommation durable.

À la veille de la rentrée, si les vacances sont bel et bien derrière nous, l’inflation n’a quant à elle pas plié bagage. Les Français ont, pour y faire face, adopté de nouveaux modes de consommation, qui se sont installés dans leur quotidien : batch cooking, attention portée aux promotions, réutilisation des restes… Pour mieux mesurer l’étendue de ce phénomène et la place de l’anti gaspi dans ces nouvelles habitudes, Too Good To Go a interrogé les consommateurs. L’étude Yougov pour Too Good To Go révèle notamment que plus de 8 Français sur 10 ont adopté des comportements anti gaspi pour faire face à l’inflation. 

Avec une augmentation des prix de 17% pour un panier moyen de courses en grandes surfaces au premier semestre 2023, l’inflation n’a pas épargné le portefeuille des Français. Ce contexte économique a des conséquences directes sur les comportements de consommation de ceux-ci, alors que la consommation des biens alimentaires a diminué de 10% entre décembre 2021 et juin 2023 selon l’INSEE. Or, d’après plusieurs acteurs de l’alimentaire, il est peu probable que les prix retrouvent leur niveau pré-inflation. Une situation qui pourrait bien chambouler les habitudes des Français sur le long terme. 

Lucie Basch, cofondatrice de Too Good To Go : “Si plus de 8 Français sur 10 ont adopté l’anti gaspi pour faire face à l’inflation, c’est bel et bien qu’une nouvelle ère de consommation des ménages s’est ouverte avec ce contexte. L’adoption de réflexes anti gaspi s’inscrit de façon pérenne dans le quotidien des ménages, des jeunes comme des plus âgés. C’est d’ailleurs ce que l’on observe chez Too Good To Go, avec une hausse de 30% des utilisateurs et des commerçants en l’espace d’un an. L’anti gaspi n’est donc pas un effet de mode mais bien un changement de comportement durable, et on ne peut que s’en réjouir ! Chez Too Good To Go, nous sommes prêts à accompagner professionnels et consommateurs dans cette voie, pour adopter ensemble un mode de consommation plus durable”. 

Plus de planification et plus d’organisation pour moins de gaspillage : le combo des Français pour faire face à l’inflation

Alors que, selon l’Ademe, le coût du gaspillage alimentaire équivaut à plus de 430 € par an par famille, en France sont encore gaspillées chaque année plus de 10 millions de tonnes de nourriture.

L’étude Yougov X Too Good To Go révèle que les consommateurs Français ont bel et bien multiplié les changements de consommation : plus de 8 Français sur 10 (83%) ont ainsi adopté des comportements anti gaspi au cours de ces 12 derniers mois pour faire face à l’inflation et avec pour certains d’entre eux l’envie de faire rimer économies et écologie.

En comprenant l’opportunité économique de l’antigaspi, les Français ont notamment commencé à :

  • planifier davantage leurs repas, pour 53% d’entre eux
    • Cette tendance se traduit également par l’émergence du batch cooking depuis plusieurs mois, qui consiste à prévoir et cuisiner ses repas en une fois pour toute la semaine.
  • préparer une liste de courses détaillée avant d’aller en courses, pour 40% d’entre eux
    • Une astuce qui évite les achats impulsifs et fait économiser en n’achetant que l’essentiel une fois dans les allées du magasin.
  • réutiliser les restes de repas pour en préparer de nouveaux, pour 36% d’entre eux
    • Avec 29kg de nourriture jetée par an par les français dont 7kg de produits toujours emballés, c’est de nombreuses idées de recettes créatives qui partent à la poubelle !
  • surveiller attentivement les dates de péremption des aliments pour les consommer en priorité pour 35% d’entre eux
    • Alors qu’on estime que 20% du gaspillage alimentaire dans les foyers est lié à une mauvaise compréhension des dates, y porter une plus grande attention permettrait d’économiser jusqu’à 100€ par an.
  • sauver des paniers Too Good To Go
    • Depuis le début de l’inflation, Too Good To Go a observé une augmentation de 30% du nombre d’utilisateurs et de commerçants. C’est aujourd’hui 1 Français sur 4 qui a l’application.
    • En sauvant un panier par semaine sur l’application Too Good To Go, un utilisateur peut en moyenne économiser plus de 500€ par an sur son budget alimentaire.

Alors que ces nouvelles pratiques se répandent, des nuances sont à noter selon les types de consommateurs. Les étudiants, toujours dans l’art de l’ingéniosité, optent davantage pour la réutilisation des restes (46%). De leur côté, les retraités préfèrent élaborer des listes de courses (49%), tout comme les parents qui prennent ce virage, bien que de façon légèrement moins importante (39%). Vient ensuite la réduction des repas pris à l’extérieur, tout juste derrière.

La « gamelle » du midi fait son grand retour chez les Français

Cette logique de planification des repas observée plus haut se retrouve également dans un changement de comportement des Français vis-à-vis de leur repas du midi. La “gamelle” du midi semble ainsi être revenue au goût du jour : plus d’un Français sur deux (53%) anticipe son repas du lendemain midi lorsqu’il prépare son repas du soir, tandis que 64% déclarent avoir réduit la fréquentation des restaurants pour des solutions moins coûteuses.

Face à ces résultats, Too Good To Go a d’ailleurs décidé de lancer une campagne de rentrée visant à encourager l’adoption de ce nouveau comportement vertueux. Too Good To Go y invite les Français à intégrer les réflexes anti gaspi dans la préparation des repas du midi, ou même à profiter d’occasions de se régaler à moindre coût, en optant pour des repas anti gaspi via son application. Ces contenus de sensibilisation seront visibles sur l’ensemble de ses réseaux sociaux et sur son blog. Pour soutenir ses utilisateurs dans cette démarche, Too Good To Go organise également un concours de grande envergure, leur permettant de remporter un an de paniers surprises.

Les Français toujours plus à la recherche de bons plans en magasin

Alors que les volumes d’achat alimentaires ont eu tendance à baisser depuis le début de l’année, l’anti gaspi pourrait être une opportunité pour les magasins pour continuer à répondre aux attentes des consommateurs.

Ils sont en effet 77%, soit plus de 3 Français sur 4, à souhaiter plus de produits anti gaspi à petit prix chez les enseignes, tandis que 20% d’entre eux seraient prêts à faire un déplacement uniquement pour une promotion. Un souhait qui s’inscrit dans une démarche de recherche de nouvelles solutions pour réduire le gaspillage alimentaire dans laquelle se trouvent 68% des Français.

Ces résultats confirment l’ambition de Too Good To Go, qui avec plus de 40 000 commerces partenaires à travers la France, 15 millions d’utilisateurs et 55 millions de repas sauvés avec eux, a pour vocation d’accompagner toujours plus de professionnels et de particuliers dans la réduction du gaspillage alimentaire dans leur quotidien. Présente dans 17 pays, Too Good To Go vient de célébrer plus de 250 millions de repas sauvés dans le monde.

Les 3 infos à retenir : 

  • Les Français planifient plus leur repas et anticipent en particulier celui du midi (53%)
  • L’anti gaspi est ancré dans leur quotidien : ils sont plus d’1 tiers à faire attention aux dates 
  • Plus de 3 sur 4 d’entre eux souhaitent davantage de produits anti gaspi à petit prix chez les enseignes

Étude Yougov X Too Good To Go “Changements des habitudes de consommation”. Enquête réalisée sur 1020 personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus. Le sondage a été effectué en ligne, sur le panel propriétaire YouGov France du 18 au 20 juillet 2023.


Les jeunes de Paca sont parmi les plus dépensiers de France

Comment se préparent les Français pour financer la rentrée scolaire ? C’est la question que Yomoni, leader de la gestion d’épargne en ligne, a posée à 958 parents. Une enquête qui dévoile d’importantes difficultés financières pour cette rentrée 2023, le tout dans une ambiance très anxiogène de la part d’une grande majorité de Français.

Une rentrée scolaire qui rime avec « cher »

Pour plus de 94% des Français, la rentrée scolaire 2023 sera sous le signe des dépenses. En effet, pour 57%, ce début de mois de septembre est synonyme de fortes dépenses et pour 37% de dépenses moyennes. Seulement 6% n’ont pas cet avis économique difficile. 

Des budgets qui grimpent…

Les budgets diffèrent en fonction du cursus scolaire suivi par l’enfant. Ainsi, pour 42% des parents ayant un enfant en maternelle, le budget de la rentrée scolaire sera compris entre 200 et 300 euros, tout comme ceux en élémentaire à 39%. Au collège, l’enveloppe grimpe pour 35% des familles et est comprise entre 300 et 400 euros. Plus les études avancent, plus c’est élevé ! Ainsi, au lycée, le budget tourne autour de 400 et 500 euros pour 41%. Enfin, les parents d’universitaires explosent les compteurs avec un budget compris entre 1 000 et 1 500 euros à plus de 43%.

Classement des dépenses les plus lourdes

Parmi tout ce qu’il faut acheter à la rentrée, ce sont les outils informatiques qui pèsent le plus lourd pour 44% des Français. Ils sont bien loin devant les fournitures scolaires à 38%, les vêtements à 35% ou tout ce qui concerne la nourriture avec 31%.

Où sont les sous ? 

Pour trouver l’argent nécessaire à cette rentrée scolaire 2023, 74% des Français vont directement piocher dans les économies réalisées tout au long de l’année. 9% risquent de souscrire un prêt bancaire ou étudiant afin d’y faire face et 8% vont devoir travailler en complément, tout au long de l’année ou bien lors d’emplois saisonniers. Enfin, 5% bénéficieront d’aides diverses et 4% vont récupérer de l’argent sur d’autres postes. À noter, que les Français rechignent à demander de l’aide financière à des proches (0,2% de répondants).  

Pour les 74% des Français qui vont piocher dans les économies réalisées au cours de l’année, c’est d’abord le compte courant qui sera débité à plus de 66%, bien loin devant les livrets à seulement 24%, l’assurance-vie à 8% ou le PEA à 2%.

Moins de vêtements neufs pour 2023

Même s’il est très difficile d’économiser à la rentrée, 57% des Français vont essayer de limiter leurs dépenses sur les vêtements et plus de 32% sur les fournitures scolaires. 21% pensent diminuer le budget consacré aux sorties et 19% aux activités extra-scolaires.

Des promos et du recyclé

Pour tout ce qui concerne les achats de fournitures scolaires, 41% des Français vont d’abord privilégier les produits neufs et moins chers et plus de 32% utiliseront les affaires dont ils disposent déjà, comme celles de l’année précédente ou déjà en leur possession. 16% vont également opter pour des produits d’occasion et 11% de chanceux s’orientent sur du matériel neuf et haut de gamme.

Cours financiers dès le primaire ? 

À la question « Selon vous, faudrait-il apprendre à l’école à bien gérer ses dépenses, ses finances et son argent en général ? », les Français sont unanimes : « Oui » à plus de 87% ! Dans le détail, 72% en sont totalement convaincus et 15% un peu.

Une rentrée… stressée !

Les vacances n’auront pas été totalement réparatrices pour une grande majorité de personnes. En effet, plus de 89% des Français avouent se sentir « stressés » pour cette rentrée 2023 et 9% se disent « inquiets ». Seulement, 2% se déclarent totalement zen pour commencer cette nouvelle année scolaire. 

Ars : peut mieux faire ?

L’allocation de rentrée scolaire (Ars) est versée aux familles démunies ayant au moins un enfant scolarisé âgé de 6 à 18 ans et est destinée à financer les dépenses de septembre. Pour cette année 2023, le montant de l’Ars est de 398,09€ par enfant âgé de 6 à 10 ans, 420,06€ par enfant âgé de 11 à 14 ans et 434,60€ par enfant âgé de 15 à 18 ans. Même si son montant a été revalorisé de 15%, 58% des Français l’estiment insuffisant et 41% suffisant.

En résumé :

  • Les 3 postes les plus lourds : informatique, fournitures et vêtements.
  • 74 % des Français vont piocher dans leurs économies annuelles : le compte courant à 66 % et les livrets à 24 %.
  • Les 3 postes où les Français vont essayer de limiter leurs dépenses : les vêtements, les fournitures et les sorties.
  • 41 % vont acheter les produits neufs les moins chers et 32 % vont réutiliser leurs anciens produits.
  • 89% des Français se sentent stressés pour cette rentrée 2023.
  • 58% trouve l’allocation rentrée scolaire insuffisante.
  • 79 % des Français ressentent l’effet de l’inflation sur leur budget dédié au matériel scolaire.


Les jeunes de Paca sont parmi les plus dépensiers de France

En juin, l’inflation dans la zone euro est retombée à 5,5% sur un an. Il s’agit du taux le plus bas mesuré depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine en février 2022 et l’aggravation de la crise des prix de l’énergie qui en a résulté. Ce sont les produits alimentaires, y compris l’alcool et le tabac, ainsi que les services qui ont le plus contribué à l’inflation en juin. Comme le montre notre graphique basé sur les données d’Eurostat, cet indicateur macroéconomique n’a pas évolué de la même manière dans tous les pays de l’Union européenne.

Par exemple, si la Belgique et l’Italie ont dû faire face à une inflation dépassant les 12% à l’automne 2022, la première économie citée s’est nettement mieux rétablie, puisqu’elle est parvenue à faire baisser ce taux sous le seuil des 2% en juin. En revanche, l’Italie présentait toujours un taux d’inflation supérieur à la moyenne européenne à la fin du premier semestre (6,7%). En France, après un pic à 7,1% atteint à l’automne 2022, l’inflation est redescendue à 5,3% en juin — mais restait supérieure au niveau d’avant-guerre en Ukraine (4,2% en février 2022).

L’un des moyens de lutte contre l’inflation est le relèvement des taux directeurs par les banques centrales. Ainsi, la Banque centrale européenne (BCE), la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque d’Angleterre ont procédé à une série de hausses ces derniers mois. La BCE a fixé son taux directeur à 4,25% le 27 juillet, tandis que le principal taux de la Fed se situe désormais dans la fourchette de 5,25 à 5,5%.

De Tristan Gaudiaut pour Statista


Les jeunes de Paca sont parmi les plus dépensiers de France

L’enseigne de grande distribution vient de l’annoncer : elle proposera ses carburants à prix coûtant tous les week-ends de l’été entre le 30 juin et le 13 août 2023. C’est la première fois que E.Leclerc reconduit cette opération pendant 7 week-ends d’affilée lors des grandes vacances. La mesure concerne plus d’une demi-douzaine de stations-service en Vaucluse et à sa proche proximité.

Si plusieurs opérations similaires, dont la dernière en mars 2023 à l’occasion de la fin des vacances scolaires d’hiver, ont déjà été mises en place par l’enseigne ces derniers années, c’est la première fois que les stations Leclerc reconduisent cette opération durant les 7 week-ends* d’affilée lors des grandes vacances. Ainsi, entre le 30 juin et le 13 août, les 696 stations-service** du groupe de grande distribution vont donc participer à cette opération visant à « protéger le pouvoir d’achat des automobilistes français alors que les prix continuent à subir le contexte inflationniste » et « accompagner les usagers dans leurs déplacements, tous itinéraires et dates de départ en vacances confondues ».

Les stations vauclusiennes concernées
En Vaucluse, cette initiative concerne notamment les stations des magasins d’Avignon, Carpentras, Morières-Lès-Avignon, Apt, Bollène et Valréas. A cela, s’ajoute les stations des Angles, dans le Grand Avignon, et Meyrargues, à côté de Pertuis.
A noter que cependant que les stations d’autoroute, comme celle de Mornas sur l’A7 dans le sens Sud-Nord, ne sont pas concernées par cette opération.

L’opération commence dès ce vendredi
« Les prix des carburants sont sur une tendance baissière, mais restent encore trop élevés pour de nombreux automobilistes dans ce contexte de hausse des prix toujours généralisée, Michel-Edouard Leclerc, président du Comité stratégique des centres E.Leclerc. Et cela ne doit pas impacter les vacances d’été tant attendues des Français. Alors que bon nombre d’entre eux prévoient d’effectuer des déplacements importants dès ce week-end et que les autres enchaîneront jusqu’à la mi-août, nous décidons de donner un coup de pouce et de proposer une nouvelle fois le carburant à prix coûtant. Mais pour que le plus grand nombre puisse en bénéficier en cette année particulièrement tendue pour le porte-monnaie, nous avons choisi de mener cette fois cette opération chaque week-end de l’été jusqu’au 13 août. Et ça commence dès ce vendredi. »

L.G.

*Week-end = vendredi, samedi et dimanche
**Hors fuel domestique et hors stations d’autoroute, dans les magasins participants.


Les jeunes de Paca sont parmi les plus dépensiers de France

Depuis près d’un an, les prix des produits ne cessent d’augmenter. Cette inflation a atteint 17,6% au mois d’avril par rapport au mois de mars 2022. L’augmentation des prix a donc un impact direct sur les habitudes d’achat des consommateurs, qui ont dû réduire leurs dépenses non-alimentaires. 

La consommation des ménages
Cette hausse globale des prix se répercute sur les produits d’hygiène et cela affecte un nombre important de ménages. En janvier 2023, les prix de ces produits ont augmenté de 11% en un an. Et cette augmentation à des conséquences critiques : de nombreux français se retrouvent en situation de précarité hygiénique, en diminuant la quantité de produits de beauté utilisés voire, en diminuant leur fréquence d’utilisation. En 2023 par exemple, près de 4 millions de femmes sont victimes de précarité menstruelle*, soit deux fois plus qu’en 2021. 

Achats des produits d’hygiène en berne
Pour faire face à cette hausse des prix sur les produits d’hygiène, il existe des alternatives à la grande distribution. C’est le cas de Willy anti-gaspi, qui propose sur son site des produits d’hygiène en moyenne 30% moins chers que dans le commerce traditionnel, et qui a vu entre mi-mars et la fin du mois d’avril, une multiplication par quatre des ventes de produits d’hygiène. Les catégories de produits les plus vendues sont les crèmes, les savons et shampoings, ainsi que les déodorants et tubes de dentifrice. 

Pour des prix plus accessibles
«On observe un véritable engouement de nos clients pour les produits d’hygiène et cosmétiques depuis quelques semaines, avec des ventes qui ont été multipliées par 4, explique Jonathan Negrin, cofondateur de Willy anti-gaspi avec Clément Méry. Dans un contexte d’inflation globale et encore plus spécifiquement sur ce type de produits, Cela montre aussi une confiance accrue dans l’anti-gaspi sur des produits autres qu’alimentaires.»

Eviter de jeter ce que l’on a produit
« Willy anti-gaspi est le premier-commerce dévolu à la lutte contre le gaspillage, relate Jonathan Négrin. Nous l’avons lancé en février 2023. Nous rachetons des produits, de sur-stock, en date courte, pour lesquels il reste deux mois pour les consommer, ou qui ont un petit défaut d’emballage, ou parce que la recette a changé… Des produits dont la distribution traditionnelle ne veut plus et que nous rachetons directement aux marques. Nous les proposons ensuite sur notre site, via le net, jusqu’à -50%. Nous envoyons ces produits partout en France, en relais, pour toucher le plus possible de personnes. Nous proposons aux gens de faire des économies, soit environ 15€ par commande ce qui fait 300€ par an. »

De vraies économies et moins de produits jetés et détruits
« Cela permet aussi d’agir très concrètement pour l’environnement en évitant de mettre à la poubelle des produits encore bons. 110 000 produits ont déjà été sauvés de la poubelle -ils en prévoient 1 million d’ici l’été et les commandes doublent chaque mois. L’entreprise emploie, pour el moment, une dizaine de personnes et espère augmenter son nombre de salariés. » Les frais d’expéditions sont offerts dès 29€ de commande. »

À propos de Willy anti-gaspi 
Willy anti-gaspi, e-commerce, est dédié à l’anti-gaspi : des produits secs en dates courtes, en sur-stock ou avec un problème d’emballage ou d’étiquettes, mais bons à consommer, et proposés jusqu’à 50% moins chers par rapport à leur prix d’origine. La société propose une livraison partout en France et compte près de 700 références de produits secs : salé, sucré, boissons, bébé, maison, hygiène… représentant plus de 100 marques comme Ethiquable, coteaux nantais… L’entreprise dispose d’un entrepôt de 270 m2 basé à Saint-Ouen. 
MH

L’équipe de Willy anti-gaspi

*Terme qui défini le manque d’accès, par manque de moyens matériels, à des protections hygiéniques en nombre suffisant pour avoir une hygiène décente.


Les jeunes de Paca sont parmi les plus dépensiers de France

En France, les prix des produits alimentaires ont flambé de 16 % en mars par rapport à l’année dernière et constituent le principal moteur de l’inflation. D’après les données du suivi de l’Insee, la hausse des prix de l’alimentation s’est accélérée le mois dernier (après +15 % mesuré en février).

Comme le détaille notre infographie, l’inflation est plus ou moins importante selon les types de produits : les plus touchés étant les produits frais et de base. En mars, les prix des légumes frais (hors tubercules) étaient en hausse de 29 % sur un an et ceux des fruits frais de 10 %. Les prix des pâtes alimentaires, des céréales, de la viande et des produits laitiers (fromage, beurre) ont également subi une augmentation importante, de 14 % à 24 %.

Les raisons de l’inflation alimentaire sont multiples. D’une part, on peut citer les effets de la guerre en Ukraine, qui a provoqué des hausses inévitables sur certaines matières premières (huile de tournesol, céréales, etc.). D’autre part, la hausse des prix de l’énergie a impacté l’agriculture, puisque beaucoup de productions végétales, comme les tomates, sont cultivées sous serre et nécessitent une forte consommation énergétique (gaz).

De Tristan Gaudiaut pour Statista

Un état des lieux de la situation en mars 2022 est consultable ici.

https://www.echodumardi.com/tag/inflation/   1/1