15 juin 2024 |

Ecrit par le 15 juin 2024

Quels pays utilisent le plus de pesticides en Europe ?

Depuis 1990, l’usage des pesticides au niveau mondial a quasiment doublé. Si les ventes de produits phytosanitaires ont augmenté presque partout dans le monde, les hausses les plus fortes ont été enregistrées en Amérique du Sud, en Océanie et en Afrique. Sur le continent européen, le volume utilisé de pesticides se situe à peu près au même niveau qu’il y a trente ans et peine toujours à diminuer de façon significative.

Question sensible du dossier agricole en France, le sujet de la réduction de l’usage des pesticides était jusque-là absent des mesures annoncées par le gouvernement pour apaiser la colère des agriculteurs. Mais le 1er février, sous la pression du premier syndicat agricole français, la FNSEA, le ministre de l’Agriculture a annoncé la suspension du plan Ecophyto, qui visait à réduire de 50 % l’usage des pesticides d’ici 2030 par rapport à la période 2015-2017. Lancé initialement en 2008, ce plan était jusqu’à présent considéré comme un échec. Officiellement, il n’est toutefois pas abandonné, mais mis en pause « le temps d’en retravailler un certain nombre d’aspects ».

En valeur absolue, la France fait partie des trois plus gros consommateurs européens de pesticides avec l’Espagne et l’Italie. Un chiffre corrélé à la taille de la surface agricole, l’Hexagone possédant la plus vaste de l’Union européenne devant l’Espagne. Si l’on regarde l’utilisation de pesticides ramenée à la surface cultivée, la France se situe légèrement au-dessus de la moyenne européenne. L’agriculture française a utilisé en moyenne 3,7 kilogrammes de pesticides par hectare de terres en 2021, selon les données les plus récentes de la FAO, soit un peu plus que la moyenne des trente pays européens étudiés cette année-là (3,4 kg par hectare). Comme le montre notre carte, les chiffres varient de plus de 10 kilogrammes par hectare aux Pays-Bas, à moins d’un kilogramme par hectare en Scandinavie et en Roumanie.

La nature et les quantités de pesticides utilisés sont très variables selon les types de culture, c’est pourquoi on observe de grandes différences entre les pays (et également entre les régions d’un même pays). Les territoires qui ont développé une agriculture très spécialisée, avec des cultures intensives gourmandes en pesticides, comme la pomme de terre, les arbres fruitiers et la viticulture, ont notamment tendance à afficher les valeurs les plus élevées.

De Tristan Gaudiaut pour Statista


Quels pays utilisent le plus de pesticides en Europe ?

Lucien Stanzione, sénateur de Vaucluse s’engage depuis trois ans sur la défense des filières de la cerise de bouche et d’industrie. Des filières concernées par les effets du changement climatique, des insectes ravageurs, la disparition des produits sanitaires, la concurrence et la diminution du nombre d’agriculteurs.

Pour faire face,
l’homme politique vauclusien n’a de cesse d’interpeller le ministre de l’agriculture, Marc Fesneau. Dernièrement, il lui a rappelé que pour la filière cerise, près de 50% des cerisiculteurs touchés par les dégâts, n’étaient pas éligibles à l’indemnisation, tout comme les lavandiculteurs, qui, sur l’enveloppe de 9M€ mobilisés, observent que 4 ne sont toujours pas débloqués pour cause d’impossibles accès aux critères d’éligibilité. Lucien Stanzione ne lâche pas l’affaire, continuant d’insister afin que le reliquat aille directement aux producteurs, ou à la recherche dans leur secteur d’activité.

Ce travail de fond fait suite,
notamment, aux réunions que le sénateur organise sur le territoire vauclusien, dont la dernière en date, courant novembre, avait réuni à Venasque, une trentaine de personnes dont 26 maires et adjoints aux côtés de producteurs, de représentants de la filière cerise de Venasque, du syndicat de la cerise industrielle, de la Confédération paysanne et de la FDSEA (Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles). Cette fois-ci, Lucien Stanzione avait interpellé le ministre de l’Agriculture en Commission des affaires économiques.


Quels pays utilisent le plus de pesticides en Europe ?

Lucien Stanzione est en pourparlers avec Bruno Bonnell, secrétaire général pour l’investissement. Mission ? Obtenir 10M€ pour la recherche et, ainsi, sauver la culture de la lavande, de la cerise, de la vigne et des produits de maraîchage. Comment ? En finançant une partie de la recherche de l’Inrae d’Avignon-Montfavet (Institut national de la recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement).

Cet entretien avec Bruno Bonnel se déroule aujourd’hui tandis que le sénateur Lucien Stanzione enfoncera le clou en se rendant, demain, mardi 19 septembre, à la Commission européenne à Bruxelles, pour entamer des discussions avec d’autres députés et des fonctionnaires en charge des questions agricoles. Objectif : défendre le modèle agricole vauclusien et demander des aides financières pour faire avancer, de toute urgence, la recherche.

«Notre agriculture vit une période de transition, analyse Lucien Stanzione, arrivant au bout du modèle adopté après-guerre et qui nous aura servi jusqu’ici, mais butant à présent sur la dangerosité des produits, et, dans des cas de plus en plus nombreux, sur des phénomènes de résistance et donc d’inefficacité de ces produits. Il est capital d’aider les filières à sortir des impasses dans lesquelles elles sont actuellement.»


Quels pays utilisent le plus de pesticides en Europe ?

La mairie de Chateauneuf-de-Gadagne, le centre permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE) des Pays de Vaucluse et la Chambre d’agriculture demandent aux promeneurs qui fréquentent Chateauneuf-de-Gadagne, mais qui n’y habitent pas, de venir témoigner de toute urgence.

Témoigner sur quoi ?
Sur leur expérience de promenade à pied, en vélo, en trottinette dans l’environnement naturel du village. A propos de quoi ? De leurs préoccupations, points de vue et expériences.

Pourquoi ?
Parce que le village vient d’être retenu comme site pilote pour un projet expérimental dénommé Diat’Ass. L’objet de l’étude ? Créer un dialogue territorial entre agriculteurs et riverains concernant l’utilisation des produits phytosanitaires ainsi que le partage des espaces agricoles et naturels.

Les infos pratiques
Vous n’habitez pas Chateauneuf-de-Gadagne mais  vous vous y promenez ? Contactez de toute urgence Caroline ou Emilie au 04 90 85 51 15 ou via environnement@opus.cpie84.org

Communiquer
C’est Marielle Fabre, 1er adjoint au maire de Chateauneuf-de-Gadagne et également conseillère départementale du canton de l’Isle-sur-la-Sorgue, qui nous accueille. Sa requête ? Solliciter les usagers de Chateauneuf-de-Gadagne qui n’y habitent pas mais qui, le week-end, viennent se promener sur la partie haute du village vers le plateau de l’Arbousière, composé de chemins communaux et de traverses naturelles sur les espaces agricoles et boisés privés.

Pourquoi ?
«Châteauneuf-de-Gadagne a fait le choix de créer une zone agricole protégée qui comprendra le plateau –haut de la colline-, et la plaine du côté du Thor, renseigne Marielle Fabre. Cela nous permettra de mettre en avant nos agriculteurs, de permettre de libérer des surfaces agricoles aujourd’hui retenues par des propriétaires et, de pouvoir soutenir un projet d’irrigation du plateau dans sa partie orientée vers Caumont jusqu’à celle jouxtant Vedène. Pour travailler sur ces sujets ? Nous avons mis en place des commissions extra-municipales : Environnement et Agriculture. Objectif ? Comment mettre en œuvre et articuler les différents projets.»

Marielle Fabre et Céline Lelièvre Copyright Mireille Hurlin

Rationaliser la pensée
«Il en est ressorti des conflits de voisinages, relate la 1er adjointe, notamment sur l’utilisation de produits phytosanitaires, un manque de communication, de mauvaises informations ainsi que des conflits d’usage sur la colline avec les usagers du week-end : vététistes, sportifs, familles, chasseurs, personnes en trottinette et également le stationnement de voitures au bord des vignes, alors que des parkings existent, ce qui prive les agriculteurs de leur surface de retournement en fin de rang de vigne.»

Comment initier le dialogue et communiquer ?
«Nous allons devoir trouver le moyen d’expliquer aux gens que les espaces naturels ne sont pas tous communaux mais aussi privés alors que, dans l’esprit des gens, la nature est publique, précise Marielle Fabre. Or, les espaces traversés dans la nature sont rarement publics. La plupart des forêts, en France, sont privées tout comme les terres agricoles qui, d’ailleurs, nous procurent ces fabuleux paysages, identité de nos villages et du département. C’est tout cela qu’il faudra expliquer.»

Comment tout a commencé
«Alors que nous travaillions avec le CPIE 84, sur un projet de sensibilisation des habitants au retour des pollinisateurs sur la commune, avec des plantations, de nouveaux espaces verts, nous avons été interpellés par un problème de chiens empoisonnés. Cela s’est produit entre 2020 et 2021. Un chien est décédé et d’autres furent empoisonnés suite à l’ingestion de tourteaux de Ricin -engrais organique 100% végétal- déposés dans une vigne située sur le plateau de l’Arbousière. Produit, nous l’avons su plus tard par les vétérinaires, très appétant pour les canidés. Le vigneron a tout à fait le droit d’utiliser cela et les chiens étaient, de fait, sur une propriété privé, mais cela a créé de nouvelles tensions et un conflit d’usage,»déplore l’élue.

Pourquoi ?
«Nous sommes à 10 mois du début du projet, explique Céline Lelièvre, directrice de l’association ‘Opus CPIE Pays de Vaucluse Agir pour le patrimoine & l’environnement’. Nous travaillons ici parce qu’il y a des tensions entre les différents usagers. Un des volets de nos missions ? Mettre autour de la table, pour un projet d’intérêt général, des acteurs d’horizons différents. Objectif ? La finalité du projet. Nous intervenons sur le volet environnement sur les thèmes de la biodiversité, des risques inondation et feux de forêt, des déchets et du compostage ainsi que sur le gaspillage alimentaire. En parallèle, pour le volet patrimoine, nous menons des opérations de restauration du petit patrimoine bâti public, via des chantiers de bénévoles et des stages d’initiation à la pierre sèche, des formations auprès des habitants, pour création d’itinéraires de découverte.»
Céline Lelièvre direction@opus.cpie84.org & https://opus.cpie84.org/fr/

Les marcheurs à Chateauneuf-de-Gadagne Copyright Mireille Hurlin

Un projet à l’échelle régionale
«Ce projet de dialogue territorial entre agriculteurs et riverains est un appel à projet régional de l’OFB (Office français pour la biodiversité), l’Agence régionale pour la santé et la Chambre d’agriculture à l’échelle régionale, reprend la directrice de l’association. Le projet est décliné à Châteauneuf-de-Gadagne, Rousset dans les Bouches-du-Rhône et dans le Var à Hyères. Trois CPIE mènent le même projet sur 3 territoires différents. Objectif du projet ? Faciliter le dialogue entre les agriculteurs et les riverains sur l’utilisation des produits phytosanitaires et, plus largement; sur un partage apaisé des espaces agricoles et naturels. En cause ? Le manque de prise en compte de la voirie et des espaces publics et privés, soit par méconnaissance ou habitude. Le projet s’étend sur 2 ans.»

La méthodologie & consultations
«Nous travaillons avec les élus pour repérer les problématiques, identifier les parties prenantes, puis mener des entretiens avec eux comme leur avis sur la situation, précise Céline Lelièvre et également auprès des associations de chasse, de protection de l’environnement, des riverains, des utilisateurs qui gravitent autour de la colline et maintenant les usagers qui n’habitent pas Chateauneuf-de-Gadagne.

Ce qu’on leur demandera ?
« Quel avis avez-vous sur l’utilisation de produits phytosanitaires dans les espaces agricoles ? Sur les espaces partagés le week-end ? Quelles sont vos impressions ? Avez-vous assez d’informations sur ce que font les agriculteurs ? Nous rédigerons une synthèse, donnerons des points d’avancées. Le travail sera ensuite présenté à un comité où tous les acteurs seront réunis pour aller au-delà des difficultés rencontrées : Quels leviers actionner ensemble pour effacer les freins à l’utilisation de cet espace privé et public qui est soumis à tensions ? C’est de la pédagogie de projet, de la facilitation. 20 personnes –échantillon représentatif de ces acteurs, dont la Police municipale qui sont les yeux et les oreilles du quotidien- ont déjà été consultées, ce qui était l’objectif. Désormais nous entamons la consultation des usagers, raison de notre appel d’aujourd’hui aux usagers des espaces naturels et agricole de Châteauneuf-de-Gadagne qui ne sont pas des habitants.»  

Les espaces naturels sont le plus souvent privés mais qui le sait ? Copyright Mireille Hurlin

https://www.echodumardi.com/tag/produits-phytosanitaires/   1/1