23 juin 2024 |

Ecrit par le 23 juin 2024

Fédé BTP 84, 450 convives venus applaudir la profession

Mercredi 24 janvier. 18h30. Salle du grand Tinel au Palais des papes à Avignon. Alors que la RN7 est encore bloquée par la manifestation paysanne, les convives arrivent par petits groupes dans une nuit plutôt douce. 19h. La salle est déjà  bien remplie. L’estrade habillée de noir capte la lumière des projecteurs. 450 personnes se massent devant l’orateur. La présentation des voeux du BTP demeure The place to be.

Daniel Léonard, le président de l’interprofessionnelle prend la parole. Puis ce sera au tour de la présidente du Département, Dominique Santoni avant que la conclusion ne revienne à la préfète, Violaine Démaret. Concert d’applaudissements pour chacun. On jette un coup d’œil à l’entrée, le flot de convives ne cesse d’affluer. Il est 20h passées. Les retardataires étaient aux vœux de Cécile Helle aux paroles cette fois dévolues aux personnalités de la culture.

Les sujets évoqués
Le président de l’interprofessionnelle a évoqué une année 2023 agitée, inégale et décousue avec des entreprises qui réussissent à maintenir le cap, leurs emplois et continuent de soutenir le tissu économique du territoire, même si la rencontre entre les besoins de construction et les contraintes financières se révèle très compliquée. Pour 2024, le patron du BTP craint une année tout aussi fluctuante et surtout contrastée. Côté Travaux publics après une année hachée mais stable en 2023, l’activité pourrait se contracter en 2024. Voilà pour l’essentiel. Dans le détail c’est maintenant.

Ce qu’ils ont dit

Daniel Léonard, Président de la fédé BTP 84
«Nous observons une inflation autour de 4%, une hausse des coûts de construction, des taux d’intérêts qui ont bouleversé et fragilisé la demande, détaille le président de l’interprofessionnelle. La situation du logement neuf est alarmante et la chute des réservations se diffuse progressivement à l’ensemble de la chaîne du Btp. Nous notons l’effondrement des permis de construire, des mise en chantier, des obtentions de prêts bancaires, la fin du dispositif de défiscalisation Pinel, la réduction du Prêt à taux zéro… Tout l’appareil est bloqué. Les petites et moyennes entreprises sont acculées au bord du précipice. Le secteur compte sur un plan d’urgence si l’Etat veut éviter la Bérézina.»

Toute la filière de la construction est menacée
«Toute la filière est menacée qui compte des constructeurs, promoteurs, aménageurs, bailleurs sociaux, agents immobiliers et même les notaires. La simplification réglementaire et financière pourrait encourager les maires bâtisseurs. Enfin, plus de 80% de nos concitoyens continuent à plébisciter la maison individuelle. C’est un droit et une liberté de pouvoir choisir son habitat, au risque d’aggraver la fracture sociale,» prévient Daniel Léonard

Une politique du logement pérenne
«Notre pays a besoin d’une politique pérenne du logement. La rénovation représente un gisement économique certain, notamment lorsque le parc locatif de Vaucluse est à 42% classé en diagnostic énergétique F et G. Si ‘MaPrimeRénov’ est une bonne idée, le dispositif est congestionné par des délais de paiement et de longs dossiers administratifs à renseigner. Les entreprises voient leur trésorerie pénalisée et leurs clients renoncer.»

Côté Travaux publics
«Après une année hachée mais stable, grâce aux investissements dynamiques des collectivités locales, les coûts de productions ont pu être maitrisés, cependant le secteur anticipe une contraction de son activité en 2024.»

Au plan de la Cité
«Faute de grand programme structurant, du report du tram et des parkings relais et de la voie Léo, nous demandons au bloc communal de maintenir l’activité des travaux publics sur l’entretien des réseaux et leurs infrastructures routières. Idem dans le domaine de l’énergie avec le marché des bornes électriques, le renforcement des réseaux pour Enedis et des raccordements côté RTE (Réseau de transport d’électricité). Quant à nous ? Nous avons donc quitté l’hôtel particulier de l’intramuros d’Avignon pour nous installer à Agroparc. Le permis de construire du nouveau siège de la Fédération du Bâtiment et des Travaux publics a été délivré il y a quelques semaines. Les travaux vont débuter au premier trimestre de cette année et la réception de la nouvelle maison du BTP 84 avant l’été 2025, pour un édifice plus sobre en énergie, plus proche des entreprises et plus à l’image de nos métiers.»

Félicitations et nouveau départ
«Félicitations à l’entreprise Laugier à Jonquières qui fêtera l’an prochain ses 50 ans et aux Menuiseries Vincent à Carpentras qui ont été créées en 1830. Nous en profitons pour  remercier Pierre Vincent, tout jeune retraité, qui a tellement œuvré pour notre fédération.»

La résistance est engagée
Enfin, Daniel Léonard a conclu son intervention sur «On ne s’appuie que sur ce qui résiste. Madame la préfète, mesdames et messieurs les élus, vous pouvez vous appuyer sans crainte sur chacun d’entre nous parce que faites moi confiance, en 2024, vous allez beaucoup nous voir parce que nous allons beaucoup résister !»

Dominique Santoni, Présidente du Département de Vaucluse
«Malgré les difficultés actuelles, il est de plus en plus urgent de faire exister des synergies et des coopérations entre les collectivités et les acteurs locaux. Au cœur de ces difficultés, la crise de l’immobilier nous touche directement. Je comprends vos préoccupations quant au logement, vos inquiétudes quant aux emplois menacés, notamment en 2025, dans votre secteur avec, pour conséquence, un impact très fort sur l’ensemble des métiers liés au bâtiment et aux travaux publics.»

Electro-encéphalogramme plat côté DMTO
«Au Département de Vaucluse nous subissons de plein fouet les conséquences de cette crise puisque nous avons perdu, en 2022, 45M€ liés aux droits de mutation à titre onéreux (DMTO). Grâce à une gestion rigoureuse, nous avons cependant investi tout autant en 2024, soit 120M€ par an, et ce jusqu’à la fin de la mandature, en 2028. En plus des chantiers d’envergure en cours (cf Echo du mardi spécial Fédé BTP, pages 4 & 5 en bas de cet article).»

Parmi les chantiers d’envergure
«La Maison des personnes handicapées (MDPH) à Avignon pour 14M€, L’extension du Service Livres et lectures à Sorgues, le Centre départemental de loisirs et de plein air bientôt construit à Fontaine-de-Vaucluse. Nous poursuivons la politique de rénovation de nos collèges avec la réhabilitation complète de Lou Vignarès à Vedène pour lequel 15M€ seront investis et la restauration de Saint-Exupéry à Bédarrides à hauteur de 9M€.»

Les autres projets
«Nous continuons la restauration et la valorisation du Palais des papes, le Château de la Tour d’Aigues. Nous serons présents, partout, en Vaucluse. Soutenir l’économie locale c’est développer le territoire, accompagner les communes et les intercommunalités et les soutenir dans leurs projets avec 5M€ investis sur 3 ans. Pour aider les communes et les intercos nous renforçons l’intervention de Vaucluse ingénierie qui se transforme en agence départementale pour aider les collectivités à concrétiser leurs projets. L’action du Département est aussi de préserver l’unité du Vaucluse. Nous avons la chance d’avoir un département à taille humaine et je serai le garant de cet équilibre.»

Les routes et véloroutes
«Nous continuerons d’investir massivement sur nos routes avec 41M€ pour l’entretien de nos réseaux et 2,8M€ pour le développement de nos vélo routes. Investir est un moyen puissant de vous soutenir et d’aider ainsi, toute notre économie locale. Vous êtes un acteur de premier plan : 400 adhérents et plus de 5 000 emplois. Vous êtes les forces vives du département et interlocutrice privilégiée du Département de Vaucluse.»

La transition écologique
«Investir c’est aussi s’impliquer dans la transition écologique : gestion intelligente, économie d’énergie, chauffage, béton bas carbone, métiers du bois, et à ce sujet, vous êtes un partenaire indispensable. Nous avons quelques collèges équipés de panneaux photovoltaïques mais il faudra aller plus loin et systématiser ces installations sur nos bâtiments comme cela a été le cas avec l’Edes (Espace départemental des solidarités) à Apt. Nous avons prévu de le faire sur Mémento, sur la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées), sur le service Livres et lectures à Sorgues, sur chaque opération structurante. Notre idée ? Que d’ici 3 ans nous produisions un tiers de nos besoins électriques,»  a détaillé la présidente du Département de Vaucluse.

Violaine Démaret, préfète de Vaucluse
«14 000, c’est le nombre d’emplois que vous représentez dans le département en incluant l’intérim. Cet emploi est en recul depuis quelques mois. Cela vous préoccupe et c’est également le cas pour moi. Neuf métiers parmi les vôtres sont classés dans les métiers en tension. Nous avons commencé à construire, avec vous, un dispositif avec le Conseil départemental, le Conseil régional et France emploi (ancien Pôle emploi) que vous avez baptisé ‘Form Innov BTP 84’ une formation courte.»

Il y a aussi des difficultés très conjoncturelles
«La spéculation, l’inflation, des comportements d’acteurs qui ne sont pas toujours des partenaires. Face à ces difficultés, il y a la réhabilitation, les donneurs d’ordre que sont les bailleurs sociaux. C’est une dynamique qu’il nous faut entretenir et développer. Nous accompagnons financièrement les collectivités qui représentent trois quarts de l’investissement public : Les Départements, les Conseils régionaux, les EPCI (Etablissements publics de coopération intercommunale) et les maires qui bâtissent le département. L’aide de l’Etat envers les collectivités locales en 2023 a été historique avec plus de 26M€, grâce au fonds vert venu booster et reverdir le Vaucluse.»

La transition écologique
«Nous disposons d’outils financiers pour la transition écologique, la réhabilitation thermique, la rénovation de logements, la Loi Zan (Zéro artificialisation nette), le fonds friches, des terrains que nous ne regardions même pas avant parce qu’ils étaient pollués, avaient une histoire économique industrielle compliquée. Désormais, l’on subventionne les projets pour qu’ils se concrétisent. Ainsi, nous accompagnons les projets des élus qui en sont les porteurs. Nous devons aussi être exemplaires et, en cela, portons le projet de la réhabilitation de la Cité administrative en y investissant, sur deux ans, 17M€ dont 14M€ de travaux dont 70% vont à des entreprises vauclusiennes et 90% à des entreprises de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Nous avons cherché pendant la conception de ce projet, avec les lots, à favoriser la commande publique de l’Etat au niveau du Vaucluse. Là encore, c’est une façon de vous soutenir.»

‘Maprimrenov’
«J’ai parfaitement entendu les limites du dispositif que vous avez soulignées, besoin de simplification, vous n’êtes pas le seul. Tout le secteur économique demande la simplification. Les services de l’Etat, au niveau local, sont aussi preneurs. Encore faut-il que le législateur le permette. ‘MaPrimeRénov’ est renforcée cette année avec une prise en compte jusqu’à 90% du coût des travaux à hauteur de 70 000€. ‘Maprimadapt’ arrive également pour adapter les logements aux personnes dépendantes, ce qui est un vrai sujet pour le pays qui vieillit. Il y a aussi ‘Ma prime logement décent’, le dispositif permet de rénover des logements indignes ou dégradés. L’Etat continuera à vous soutenir, à vous aider, à échanger, et je formule le vœu d’une année qui vous permette de renflouer le carnet de commande et que tout aille mieux,» a conclu la préfète de Vaucluse.

Cliquez sur la couverture pour consulter notre hors-série Spécial Fédération du BTP de Vaucluse de Janvier 2024

https://www.echodumardi.com/tag/federation-du-btp-84/   1/1